Au royaume du roi borgne

Au royaume du roi borgne
Courent les êtres tordus
Qu’importent leurs formes
Ils magnifient le bossu

Des ricaneux infantiles
Tout y est rire, espièglerie
Au cœur de l’indocile
Dansent ces bougres d’esprits

Et dans cette forêt imparfaite
Moi, poète, j’erre et m’efface
Sur leurs airs de fête
En une habile grimace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *