Les fées meurent aussi…

De l’effroi ou de l’infamie
Les fées meurent aussi
Sous les bombes, les débris
D’une humanité qui oublie…
De rêver, d’espérer
De croire en ce qui est beau
De dire aux autres les mots
Ne pas haïr, juste aimer.

 

Vos crimes et vos guerres
Tout ce sang répandu
Face à cette misère
Les fées ont disparu

 

Mais je veux me souvenir
Des enfants et de leurs rires
Des petites joies qui naissent
Là où l’amour caresse
Ceux qui savent donner
Ceux qui ne veulent pas reprendre
Ce trésor, cette vie

 

Des larmes sur les cendres
En ce triste jour versées…

 

Les fées meurent aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.